Le Pèlerinage d’été

Chemin souriant -

Depuis Juillet 1999, Compostelle 2000, organise chaque année un pèlerinage d’été permettant d’accompagner des pèlerins à Mobilité Réduite (P.M.R) jusqu’à St Jacques de Compostelle. Le premier pèlerinage partit du Puy en Velay en suivant la via Podensis, un peu à l’aveuglette, mais remplis d’enthousiasme, avec 5 PMR. En 2004, le petit groupe atteignait Compostelle.

Comblé par cette première expérience, un nouveau départ eut lieu en 2005 à partir de Vézelay et rejoignit Santiago de Compostelle, en 2010.

 Après le Puy en Velay et Vézelay, c’est Paris qui fut le point de départ du troisième pèlerinage en 2011. Nous avons ainsi rejoint Tours en 2011, Saintes en 2012, Roncevaux en 2013, Hontanas en 2014, la Cruz de Ferro en 2015, et cette année 2016, nous sommes arrivés à Santiago de Compostela le 14 juillet.

Ce fut l'aboutissement de la troisième aventure humaine de Compostelle 2000, celle d’un groupe qui s’est soudé, chaque année un peu plus. Un constat : cette expérience apporte autant, voire plus, aux accompagnateurs qu’aux PMR.

Et maintenant ...

Une nouvelle équipe s'est constituée autour de Monique COSNARD, Jean-François CREUSOT et Christophe FLAYELLE de XANDRIN. Lors de l'AG de Compostelle 2000, le 26 novembre, ils nous ont dévoilé les grandes caractéristiques du Pélé 2017 - 2022. 

Si vous êtes intéressés par une participation à ce pélerinage, faîtes vous connaître auprès de l'Association.

Formulaire d'inscription


 

Voir le récit du pélé 2014

Voir le récit du pélé 2015

Voir le recit du pèlerinage 2016

 

Le principe du Pèlerinage des PMR:

Permettre à des adultes atteints d’un handicap moteur, soit de naissance, suite à un accident ou à une maladie, de réaliser comme n’importe qui le rêve de se rendre à Compostelle en « marchant ».

A raison de 250 à 300 km par an sur une période de 15 jours en été. Il faut 6 ans pour marcher l’intégralité d’un chemin, sachant que chacun d’entre eux se déroule sur 1 500 à 1 700 km.

Un groupe de 40 à 50 valides accompagne 4 à 5 Pèlerins à Mobilité Réduite (PMR), la présence de 8 à 10 pèlerins valides  étant nécessaires par PMR.

 

SANY0276

 

 L’organisationHummm -

 Le groupe campe sous de grandes tentes d’une vingtaine de personnes.

  Les valides disposent d’un lit de camp, les PMR au choix, d’un lit métallique ou d’un simple matelas posé au sol. Une tente sert de réfectoire, meublée de tables et de bancs.

 Pierre, notre cuisinier, assure depuis 12 ans la confection des repas, avec l’aide de pèlerins pour la préparation et la vaisselle.

 

 

 

La Joëlette

11 juillet 2012 5 vers Saint Georges les BaillargeauxLes PMR se déplacent en joëlette : sorte de chaise à porteurs, munie d’une roue centrale, d’amortisseurs et d’un frein. Elle nécessite la présence de deux personnes : une à l’avant qui tire la joëlette et une deuxième, à l’arrière, en charge de maintenir l’équilibre de l’équipage et d’aider la première personne.

 

Quelquefois, notamment dans les côtes, il peut être nécessaire d’avoir deux personnes supplémentaires qui tirent sur les côtés la joëlette avec des sangles.

Les membres de l’équipage se relaient à peu près tous les quart d’heures, à l’exception de quelques bêtes de somme s’amusant de l’effort à faire ! Ceux-là sont souvent chargés des plus jeunes des PMR et s’amusent régulièrement à faire la course.

C’est tout un travail d’équipe …..                                            

 

Le déroulement type d’une journée :

 5h30 – 6h  : lever des valides et petit déjeuner

 7h 00 : départ des valides pour la première partie de la marche (10 à 15km) et réveil des handicapés (toilettes, petit déjeuner, etc…),  accompagnés de valides restés sur le camp.

Nota : En cas de déménagement du camp, l’équipe de logistique se met au travail (déménager et réaménager représente sept heures de travail pour une équipe de 6 hommes).

Entre 9 et 10h , départ des PMR et de leurs accompagnateurs dans un véhicule adapté, afin de rejoindre les marcheurs à un point de rendez-vous fixé.

Au rendez-vous, repos des marcheurs (casse-croûte), installation de chaque PMR sur sa joëlette, temps de réflexion assuré par le responsable spiritualité puis, départ pour les 8 à 12 km restants.Raidillon -

 Les PMR ne peuvent « marcher » plus. Certains sont atteints très gravement et la joëlette n’est pas un temps de repos. Ils sont secoués en permanence, ballotés, stressés malgré leur confiance dans les tireurs (minerve, ceinture lombaire leur sont indispensables). C’est pourquoi, nous tenons à l’expression de « marcheurs ».

A la fin de l’étape quotidienne, si celle-ci  ne se termine pas sur le camp, retour en car et en voiture pour les PMR. De même, le matin suivant, les marcheurs prendront le car pour accéder au départ de la nouvelle étape.   

Suivant la longueur de l’étape, le déjeuner se prendra au camp ou sur le chemin (le cuistot se déplace alors avec son camion).

L’après-midi, repos, toilettes, lessive, animation (visites culturelles s’il y a lieu, éventuellement jeux).

Le soir, de courtes veillées peuvent être proposées. Mais la fatigue aidant, et le lever étant fort tôt, personne ne se fait prier pour rejoindre son lit.

La préparation  :

Elle est assez lourde mais d’elle, dépend en grande partie, la réussite de l’entreprise.

 En dehors des contacts téléphoniques, postaux  ou Internet, l’équipe de préparation se déplace deux fois sur le terrain. Une fois pour déterminer les lieux d’hébergement (stades, salles de sport, salles municipales, maisons diocésaines, établissements scolaires voir, campings) ; une deuxième fois pour reconnaître le parcours pédestre : chemin à suivre et lieux de rendez-vous (avec les PMR, pour les pique-niques, avec le car).

 Et, bien sûr, la gestion des inscriptions, des PMR (leur handicap, les soins), les responsabilités à attribuer, la réalisation des documents à distribuer à chacun (livret du pèlerin, trombinoscope etc).  

La réussite  :

 On pourrait supposer que le temps aurait une influence à ce sujet. Détrompez-vous, il n’en est rien.13 juillet 2012 5 sous la pluie  Lusignan

Comme le dit l’adage : « Pluie du matin, n’arrête pas le pèlerin ».

 La réussite viendra de ce que chacun (valide ou PMR) aura à cœur de donner le meilleur de lui-même.

 Elle viendra aussi, tout simplement, du fait que ce pèlerinage est une merveilleuse aventure humaine qui apporte autant, voire plus, aux accompagnateurs qu’aux PMR.

 L’accueil qui nous est réservé tout au long du chemin jouera également. 

 Car, à notre passage, signe de la fraternité entre pèlerins, nous recevons l’aide des associations locales (animations, visites, aide à la marche).

 

 

Si à votre tour, vous avez envie de participer à cette aventure humaine, vous pouvez contacter l'Association en appelant le 01 43 20 71 66

 

 

 

 

 

 

 

Aller au haut